Aux sources du Monachisme palestinien (2)

Saint Sabbas

Quelques décennies plus tard c’est Saint Sabbas qui arrive de Cappadoce au Mont Sion en 456 et se rend près d’Euthyme dans le désert de Judée. Celui-ci le juge trop jeune pour mener la vie érémitique et l’envoie au cénobium de Théoctiste. Très vite Sabbas surpasse en vertu les autres moines et cherche dans le désert un lieu pour s’y cacher découvert par une vision. Les disciples augmentent rapidement, le patriarche de Jérusalem l’ordonnera prêtre et le confirmera dans la charge d’higoumène. Avec Saint Théodose, fondateur d’un monastère de cénobites ils auront une grande influence au cours des querelles doctrinales du Concile de Chalcédoine divisant l’Église du Moyen Orient. La pétition des moines à l’empereur est toujours d’actualité. « Si c’est au nom de la Foi qu’on suscite tous ces troubles contre la Sainte Cité de Dieu, Jérusalem, où les habitants touchent de leurs mains la vérité chaque jour par le moyen des lieux vénérables où s’est accompli le mystère de l’Incarnation, comment nous les hiérosolymitains après 500 ans et plus que le Christ nous a visités, apprenons-nous la Foi ? »

Moines au désert mais soucieux de garder la Foi et de soutenir le clergé de l’Église locale, quel appel pour les moines d’aujourd’hui. La laure de Saint Sabbas est la seule qui n’a cessé d’être habitée par les moines jusqu’à ce jour.