Chez Saint Benoît, une communauté de pécheurs !

Quelques perles de Soeur Aquinata sur la Règle de Saint Benoît au cours de notre session

Pour qui écrit-il ? « pour nous qui sommes paresseux, négligents, il y a de quoi rougir de confusion »chapitre 73 « être ni grand mangeur, ni murmurateur, ni détracteur… » toute une liste de péchés défile dans le chapitre 4 et cela se termine par cette perle

« Ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu »

Quelqu’un qui est très près de Dieu se connaît de plus en plus pécheur et nous sommes toujours des débutants, alors Dieu peut commencer à faire son œuvre et combler notre vide de sa plénitude.

Au début de la Règle Saint Benoît écrit :

« Ne rien préférer à l’amour du Christ » (chapitre 4)

au chapitre 72 « Ils ne préféreront absolument rien au Christ » ,

entre ces deux versets se passe toute la vie monastique, passage de l’enthousiasme de l’amour à un approfondissement et une radicalisation dans la foi, passage par la désillusion – notre énergie ne suffit pas, notre amour est défectueux – mais cette désillusion est salutaire, elle a fait le vide en nous, le Christ peut venir demeurer et nous conduire du dedans, cela devient un vrai témoignage de foi,

avec cette sentence qui indique concrètement comment vivre cet épanouissement de la foi avec une ardente charité :

« Nul ne recherchera ce qu’il juge utile pour soi, mais bien plutôt ce qui l’est pour autrui ».

C’est le testament pratique de Saint Benoît.