Aux sources du Monachisme palestinien (4)

Mais il n’y a pas que des moines à l’origine sur ce Mont des Oliviers. Nous sommes aussi héritières de belles figures féminines. Mélanie l’Ancienne, noble romaine arrivant en Terre Sainte après un séjour en Égypte, fonde un monastère au Mont des Oliviers. Sa réputation est telle qu’elle accueillera ou conseillera Rufin, Évagre le Pontique, Pallade orientant ces derniers vers le désert égyptien. Sa petite fille Mélanie la Jeune fonde elle aussi deux monastères au Mont des Oliviers afin que la louange soit ininterrompue au Lieu où Jésus enseigna la prière. Près de la crèche à Bethléem, les moniales Paula et Eustochium travailleront avec Saint Jérôme à scruter et traduire la Bible.

Et enfin les ermites Sainte Marie l’Égyptienne encore vénérée en ce jour par les orthodoxes le 5e dimanche de Carême et Sainte Pélagie vivant en recluse près du lieu de l’Ascension, qui après une vie de débauche, se convertissent et parviennent à la sainteté par leur ascèse et leur pénitence. Précédées d’une telle nuée de témoins nous avançons en suivant leur trace avec persévérance pour tacher de trouver le Christ et nous laisser transfigurer par Lui.