Fioretti de chez nous

Il est 6 heures du matin. A un check point arrive une voiture service dont les passagers sont des ouvriers des territoires se rendant à leur travail en Israël.

Comme d’habitude, contrôle des identités et des permis de travail. Un d’entre eux n’a pas de permis de travail. Le militaire lui dit : « Tous les matins tu viens et je te pose la même question – ta carte d’identité et ton permis de travail - ; je dois te le demander. Tous les matins tu me réponds « je ne l’ai pas » ; tous les matins je te dis « Retourne chez toi ». Pourquoi passe-tu ici tous les jours où il y a un contrôle, alors que tu peux passer à tel endroit,(et le militaire lui cite l’endroit !) où tu sais qu’il n’y a pas de contrôle et où tu peux aller tranquillement à ton travail ! …Allez, passe aujourd’hui ».

Fou rire général chez les 10 autres passagers. Bonne bouffée d’air frais pour tous ; les barrières sont tombées, l’Humanité a grandi ce matin là de part et d’autre.