En mémoire de notre Soeur Marie du Calvaire

« Je veux vivre au Pays de Jésus  »disait-elle à l’âge de cinq ans, fascinée par Jérusalem où elle a vécu en plénitude selon l’esprit de nos fondateurs avec ce grand désir de le transmettre.

Après la Bible qu’elle peut lire en hébreu et le Nouveau Testament en grec, elle savoure les écrits du Père Joseph du Tremblay, notre fondateur, accomplissant un travail colossal de compilations des Exhortations dans nos monastères.

En communauté elle est l’archiviste à qui nous devons la brique de 900 pages du récit de notre fondation éditée pour la célébration du centenaire de notre monastère en 1997.

Tout l’intéressait ! Intelligente et cultivée elle sait poser des questions et s’informer dans les rencontres communautaires où nous avons invité telle ou telle personne politique ou religieuse pour un échange. Elle est aussi la poète des jours de fête et celle qui sait organiser jeux et saynètes en communauté.

Chaque année le 8 décembre nous honorons Marie en bénissant les lieux au chant composé par elle, très gracieusement adapté à chaque pièce de la maison : porterie, parloir, téléphone, hôtellerie, buanderie, et même les chiens et les oiseaux !

Car très proche de la nature, elle vibrait et compatissait aux animaux : les oiseaux la reconnaissaient et combien en a-t-elle sauvés en leur donnant la becquée. Quant à son amour pour nos chiens de garde, il est légendaire : la dernière année au monastère, elle est conduite chaque jour à la porte du jardin pour qu’elle puisse les caresser.

Si le 4 décembre 2011 fut son Jour de Gloire pour ses 100 ans, un autreJour de Gloire fut la visite du Pape Benoît XVI en Terre Sainte où elle a eu la consolation d’être embrassée par le Saint Père.