Jérusalem !

En Décembre 1970, le Cardinal Jean Marie Lustiger écrivait dans « Réalités » :

« Un lieu qui porte la trace physique du passage de Dieu sur la Terre ne sera jamais tout à fait comme un autre.

Pour moi, Jérusalem est une seconde patrie, une seconde ville natale et lorsque je descends du Mont des Oliviers, je ne peux m’empêcher de chanter à tue-tête les psaumes de l’Ecriture.

Dès que je pénètre dans la crypte de la maison tenue par une petite communauté de religieuses russes, je tombe à genoux et je prie, car je suis sur le seuil de la « Porte d’Ephraïm » que le Christ franchit probablement en allant à la mort. Mais je sais aussi que je n’ai le droit de m’attacher à Jérusalem que dans la mesure où je reste capable de m’en détacher et surtout de comprendre que cette ville me renvoie à quelque chose d’universel. »