L’échelle de Jacob (cf. Gn)

Extraits d’une homélie du Père Antoine Lévy (O.P.) 6 juillet 2009

On ne bâtit pas un monastère n’importe où.

Le monastère, c’est comme l’échelle de Jacob qui relie la terre au ciel, à la verticale. Les anges montent pour présenter la prière et ils descendent pour nous secourir et nous relever quand nous tombons sur le chemin de la conversion de notre vie.

Un monastère, à Jérusalem : cette Ville que Dieu a choisie, cette Ville de la paix, cette Ville de la Présence - car la Shekhinah est là malgré toutes les circonstances - Dieu est là, dans les ruelles auprès des ‘va-nu-pieds’, Dieu est présent.

Et votre rôle, votre mission, c’est de vivre de cette Présence au milieu de ceux qui ne savent pas, ou plutôt, c’est d’accueillir cette Présence et de pouvoir opérer cette conversion, afin de faire l’expérience de Jacob :

« Dieu est là, et je ne le savais pas ».