Autre Lettre du Comte de Piellat

Croquis du futur monastère par le Comte de Piellat

Après le refus de Rome pour la fondation, il écrit le 25 juin 1895 :

A vous dire la vérité je ne suis qu’à moitié surpris ! En Orient les œuvres ne vont pas si vite : avoir un terrain, permission de venir, etc en si peu de temps, cela ne s’est jamais vu. Il y en a qui attendent des années. J’ai été heureux de voir que vous ne vous découragiez pas de suite, il faut persévérer dans vos demandes et vos prières.

Le 10 juillet 1895

En Orient il faut du calme et de la persévérance : de tout côté on vous arrête. Pardon de cette lettre écrite au milieu des ouvriers. Je suis un vrai maçon, peintre, tailleur de pierre, mineur, etc…

Autre croquis du monastère (voir aussi « ébauche… »)