Emouvantes retrouvailles

Les enfants de notre ancien gardien se sont donnés rendez-vous au monastère

Le jour de Pâques, l’idée est venue à Carlo, le fils de Jean, notre ancien gardien, de rassembler ses frères et soeurs au monastère. Tous n’ont pas pu répondre mais, ce samedi 21 mai, Carlo et sa femme, Nicolas et Graziella sont au rendez-vous.

Après la messe célébrée aux intentions de la famille, nous nous retrouvons sur la terrasse et avant de partager le repas tous ensemble, Carlo nous dit son émotion de revoir les lieux de son enfance, le jardin où il aimait jouer, et il raconte : quand il était petit, il était souvent malade, aussi ses parents avaient demandé aux soeurs le privilège qu’il suive les cours donnés aux petites filles de l’orphelinat. Il a ensuite continué ses études chez les Frères des Écoles chrétiennes où il est devenu professeur puis il est allé à l’université au Liban. Il était à Beyrouth quand la guerre de 1967 éclata et ne put rentrer dans le pays. Après avoir étudié la biologie, l’astronomie et bien d’autres disciplines, il a enseigné de nombreuses années aux Etats Unis où il s’est marié. Il nous parlera avec passion de la théorie de l’évolution.

Nicolas, lui, nous dit aussi son émotion et sa reconnaissance pour tout ce que le monastère lui a apporté, en particulier par les rencontres qu’il a permises. C’est ainsi qu’après une conversation avec un professeur allemand de passage, il s’est vu proposé de poursuivre ses études en Allemagne. Il y est resté jusqu’à aujourd’hui.

Graziella, elle, a suivi aussi au monastère les cours donnés aux petites filles et lorsqu’elle avait de bonnes notes, ce qui était souvent, elle rejoignait la Mère Prieure et les autres lauréates pour une petite rencontre qui lui a laissé de doux souvenirs. Après avoir rejoint son frère, Nicolas, en Allemagne, elle est rentrée pour soigner ses parents âgés et demeure actuellement à Ramallah.