8 Décembre 2010 - et Hanouca

Fête lumineuse de l’Immaculée Conception au Monastère comme dans toute l’Eglise Universelle. Disons que pour nous il s’agit aussi de la fête patronale de notre Congrégation. A Jérusalem une tradition s’est établie dans notre monastère de bénir toute la maison avec une icône de la Mère de Dieu, au chant d’un cantique du XVIIe siècle « Bénissez Marie ». A ce chant, notre Soeur Marie du Calvaire, poétesse, a ajouté des couplets adaptés à chaque lieu béni de la maison : une petite merveille ! Cette procession s’effectue après les vêpres de la fête.

Cette année le 8 décembre se clôturait la fête de Hanouca avec l’allumage de la 8e bougie. Cette fête de Hanouca commémore la Dédicace du Temple à l’époque des Macchabées, après la purification et la restauration de celui-ci. Fête essentiellement familiale comme toutes les fêtes juives, très populaire, qui dure huit jours pleins, durant chaque soir, une bougie est allumée en souvenir de l’allumage du Chandelier du Temple. Pendant cette allumage de la bougie, le Père de famille raconte ce qui s’est passé à l’époque, tous prient et chantent des chants spécifiques de l’évènement avec des psaumes. Puis tous partagent des beignets succulents spécifiques eux aussi à la fête. Et l’on attend l’extinction de la bougie en partageant ensemble ce joyeux moment convivial. Pour les enfants c’est toujours trop long d’attendre, alors on invente un jeu de toupie de la chance : petits et grand s’y laissent prendre ! C’est ce que nous avons vécu cette année à la suite de notre procession, avec la famille de Isca venue allumer la 8e bougie de la fête. Nos cueilleuses d’olives étaient là ; notre jardinier Ahmad, musulman, était là. Cela relevait déjà de la venue ou du retour du Messie !

Hanouca fête de la lumière, fête de l’au-delà, d’un Huitième jour attendu, celui de la Paix et de l’accomplissement.