Le Temps de la grenade

Voici encore quelques belles journées communautaires annuelles autour des grenades. Les sœurs se retrouvent autour des cageots de fruits cueillis par Ahmad et Hassan, pour égrener les grenades tout en contemplant l’imagination débordante du Créateur,qui semble ne pas avoir fait une grenade semblable à une autre… C’est un chef d’œuvre.


La tradition affirme qu’une grenade contient 613 grains comme les 613 commandements de la Torah. Soyons vraies : aucune de nous n’a eu le courage de compter tous les grains composant une grenade ! Ce fruit que l’on retrouve si souvent dans la Bible,(voir Terre et Parole) qui sert de décoration pour les cabanes érigées à la fête de Soukkot, qui décorait le vêtement du Grand-Prêtre, est chargé de symboles.

Nous, de façon très prosaïque, nous égrenons ce fruit si complexe et nous le pressons. Il en sort un jus d’une superbe couleur pourpre. Nous y ajoutons du sucre, nous lui donnons un tour de bouillon et nous avons un sirop délicieux que nous servons aux groupes de pèlerins qui viennent prier chez nous ou écouter une conférence sur les icônes.

Cela nous occupe deux journées pleines dans la joie de se trouver toutes ensemble dans un travail commun, ce que nous n’avons pas souvent. Le temps des olives ensuite nous rassemble. Et ce sera la fin des récoltes, notre façon à nous d’entrer et célébrer la fête de Soukkot, qui est appelée la Fête de notre Joie, et malheureusement n’est pas célébrée liturgiquement dans l’Eglise. (voir la grenade)