Noël au Monastère

Tout est beau ! C’est la surprise du premier Noël de notre entrée au Monastère, pour chacune de nous.

Ces longues heures de la Vigile jusqu’à la Messe de Minuit sont toujours un enchantement. On ne se lasse pas ! Comme si nous chauffions nos cœurs et préparions un nid douillet pour Celui que nous attendons : « la paille de notre misère »comme dit le Père Joseph. C’est ce qu’IL attend.

Quelques « bergers » intrigués se mettent en route avec nous et veillent en cette nuit : hôtes, israéliens, amis. Le Mystère s’accomplit dans notre humanité. L’Église est magnifiquement décorée. Nos flûtistes aident à l’enchantement « Douce Nuit, Minuit chrétiens… »

Quelques courtes heures de repos et vite nous retournons à l’Église pour le chant des Laudes et la Messe de l’Aurore. Là avec les bergers nous voyons Celui que l’Ange a annoncé cette nuit. Jérusalem se revêt de lumière !

Deux petites heures avant la Messe du Jour qui nous abîme dans le Mystère transcendant « Et le Verbe s’est fait chair et Il a habité parmi nous ».

Au centre du chœur de l’Église, notre crèche, une superbeicône écrite par notre Sœur Marie Paul, reçoit notre prière, les effluves abondantes de l’encens au cours des liturgies, et la joie silencieuse de nos cœurs. Nul n’a le droit d’être triste en ce jour dit Saint Léon, un Sauveur nous est donné au plus profond de toutes les détresses et elles ne manquent pas. Telle est la réalité sublime de notre foi.

Mais que se passe-t- il encommunauté ?